7 Pistes pour une Attitude Citoyenne sur les Réseaux Sociaux

7 Pistes pour une Attitude Citoyenne sur les Réseaux Sociaux
5 (100%) 1 vote

Est-il possible d’utiliser les réseaux sociaux dans le respect ? J’écris ces lignes ce matin encore sous le choc de l’actualité mais également parce que la lecture quotidienne des messages publiés sur réseaux sociaux me consterne chaque jour un peu plus. Entre fausses informations relayées de manière virale (tandis que le droit de réponse quant à lui tombe dans l’oubli), sources non vérifiées, prises de position extrêmes, j’ai depuis des mois la désagréable sensation que les réseaux sociaux ne nourrissent plus le débat mais la surenchère, la haine, le racisme, la paranoïa et notre égo. Vous trouverez dans cette liste des propositions, des pistes, pour une utilisation respectueuse de chacun sur les réseaux sociaux.

7 pistes pour le citoyen sur les réseaux sociaux

citoyen réseaux sociaux

1. Ne relayons plus une information tant qu’elle n’est pas vérifiée et sourcée

Les fausses informations sont légion sur Facebook et Twitter et créent des mouvements de panique ou d’indignation déplacée. Il faut 10 minutes pour désinformer et des années pour réparer les dégâts. Trop d’informations, fumeuses, haineuses, racistes ou simplement non vérifiées sont véhiculées sur les réseaux sociaux et l’on créée nous-mêmes les conditions d’une instabilité de notre société.

Arrêtons de relayer les rumeurs urbaines. Avant de partager, copiez-collez le texte de la publication dans Google et vérifiez si l’information est sérieuse ou non. Il suffit de regarder sur Hoaxbuster, ce site qui référence toutes les fausses rumeurs, pour s’assurer de la véracité d’une information.

On entend souvent parler des fausses informations mais rarement de leurs démentis. Je vous conseille de jeter un œil aux Décodeurs qui passent au crible du “fact-checking” l’actualité pour tordre le cou aux rumeurs, idées reçues, raccourcis et informations faussées notamment sur la vie politique française. Enfin, si vous souhaitez comprendre des situations géopolitiques complexes pour enfin arrêter de relayer les idées complotistes, je vous conseille l’excellente émission d’Arte Le Dessous des Cartes.

2. Ne publions pas si nous ne sommes pas capables de tenir le même discours en public

Les réseaux sociaux sont devenus le lieu de commentaires éclair et péremptoires, de jugements inquisiteurs, d’ironie constante nourrie de sous-entendus mais rarement d’arguments valables. Faïza Ferouala explique comment elle a décidé de rencontrer son troll particulièrement agressif sur Twitter pour en réalité découvrir une personne finalement transparente et presque “gentille”.

Il est facile d’invectiver et de critiquer mais utiliseriez-vous ces mots si vous étiez en face de cette personne ?

3. Ne publions pas de contenus qui pourraient nous blesser si nous en étions la victime

Tant qu’on n’y est pas exposé soi-même, il est simple de déverser un flot de critiques derrière son ordinateur. Pour autant, ces photos humiliantes ou ironiques, ces vérités assenées sur les réseaux sociaux, ont un impact sur la vie des personnes prises à parti mais aussi sur leur famille : que la personne soit un politicien, une personnalité ou un anonyme.

Les commentaires violents blessent. Mais ils ne sont pas les seuls. Les remarques sibyllines et leurs sous-entendus sont tout aussi destructeurs. Une fois l’ordinateur éteint, nous passons à autre chose. Pourtant, la somme des commentaires négatifs a un impact global sur notre société et nous empêche d’agir collectivement.

4. Posons-nous la question de savoir pourquoi nous publions

Utilisez-vous les réseaux sociaux pour informer, diffuser, enrichir, remettre dans un contexte, enseigner ou pour valider la personne que vous êtes (ou voulez être) aux yeux des autres ? Lorsque nous publions un texte, une photo, une vidéo auprès de notre réseau d’ami, d’abonnés ou de followers, quelle est notre motivation ? Changer le monde à notre échelle ou recevoir des likes ?

5. Critiquons mais pour construire

“La critique est aisée, mais l’art est difficile”. Les commentaires agressifs ont souvent pour origine des personnes qui souhaitent montrer qu’elles sont au-dessus de la mêlée, plus compétentes, plus expertes. Elles regardent avec mépris ce que les autres ont construit de leurs propres mains. Un beau projet est critiqué car trop cher ou imparfait. Un projet fait avec trois francs six sous n’aura jamais dans leur bouche aucune chance de fonctionner.

Ne soyez pas les spectateurs simplement critiques des réseaux sociaux. Tweeter n’est pas faire. On ne change pas le monde avec des j’aime. Si vous estimez que rien n’est fait dans ce pays, engagez-vous localement en politique. Si vous êtes outragés par le fait qu’il y ait encore des SDF dans nos rues, inscrivez-vous au Secours Populaire dans votre quartier. Si vous trouvez qu’il n’y a pas un titre de presse qui en vaille la peine, commencez à écrire, à créer, à interagir. Au lieu d’envoyer un SCUD dans les commentaires sans même attendre de droit de réponse, amenez de la valeur, partagez votre expérience, débattez.

6. Posons-nous la question de savoir ce que nous voulons comme société

Des sites d’information comme Russia Today, Sputnik, Al-Jazeera sont des outils de propagande avec un design digne de celui de l’AFP. Ces sites “d’information” se multiplient pour gagner la bataille des esprits et de l’influence. Les journaux en ligne d’extrême-droite de “réinformation” publient quant à eux quotidiennement des monceaux d’informations inexactes et orientées.

Vous trouverez toujours des contenus sur Internet pour valider vos thèses et justifier vos peurs. Toujours. Que vos positions soient de gauche, de droite, du centre, complotistes, racistes, militaristes, pacifistes, féministes, misogynes, vous trouverez toujours un document, un article, une statistique qui valide votre discours. Les partager ne vous rend pas plus intelligent.

7. Publions pour diffuser de la connaissance et une certaine idée du Bien

La seule question qui prévaut est : Faites-vous le Bien en partageant sur les réseaux sociaux ? Vos publications relèvent-elles de l’émotion ou de la réflexion ? Aidez-vous les gens à être plus intelligents, à progresser, à échanger, à transmettre ? Ou au contraire mettez-vous à travers certaines de vos publications des gens dos à dos ? Contribuent-elles à disséminer le doute sur une personne, un projet, une institution ? Diffusent-elles une idée propre à générer quelque chose de positif derrière ?

Cette réponse, je vous laisse la découvrir et définir par vous-même la limite entre ce qui est bien et ce qui ne l’est pas, en espérant seulement que cet article aidera certains à agir en mettant en action vos propres talents plutôt qu’à distribuer les bons et les mauvais points.

Si vous souhaitez partager votre réflexion (je n’ai pas utilisé le mot ressenti) ou enrichir ce post avec vos propres articles, laissez un commentaire, j’y répondrai avec plaisir et intégrerai dans le corps de texte les plus intéressants.

Téléchargement gratuit : cliquez ici pour récupérer votre Guide PDF gratuit "15 Experts Révèlent leurs Meilleures Stratégies B2B" + la vidéo 7 leviers pour passer de 0 à 125 000 visiteurs / mois en 1 an + 14 fiches PDF sur les réseaux sociaux.

trouver clients

Rudy Viard
A propos

Rudy Viard est consultant en marketing sur Internet depuis plus de 10 ans. vous accompagne pour augmenter votre trafic, vos leads et vos revenus sur Internet. En savoir plus sur . Retrouvez-moi sur et Twitter ou contactez-moi par email pour utilisant le formulaire contact. Pour être accompagné, réservez votre entretien de découverte avec moi.

14 commentaires sur “7 Pistes pour une Attitude Citoyenne sur les Réseaux Sociaux
  1. Merci Rudy ! Avec Hoaxbuster, c’est le top pour poster de la qualité sur Facebook et autres.

    Continu comme ça parce que j’en bave encore pour tes articles.

    • Rudy Viard Rudy Viard dit :

      Merci Raphael pour ton commentaire. Les chaînes par email, par sms ou sur Facebook sont facilement repérables quand on prête attention aux détails (les fautes d’orthographe, des mots en majuscule, des incitations à partager à tous tes amis très rapidement sinon il va arriver quelque chose de grave, “c’est confirmé par l’AFP” etc…)

      Mais il suffit comme je l’ai dit souvent de taper le texte dans Google pour se rendre compte que c’est une arnaque et donc à ne pas diffuser.

      Merci pour tes encouragements en tous les cas.

  2. Roussel dit :

    Merci Rudy. J’avais décidé de ne publier que des news positives sur ma page facebook. Que c’est difficile en ce moment ! Je vais tout de même tenter de le faire et ton article est très utile pour les jeunes stagiaires que je rencontre prochainement; Encore merci

  3. GUERMONT dit :

    Il a fallu une attaque terroriste pour arriver à écrire 7 évidences?
    Vous nous avez habitué à bien mieux.
    Désolé Rudy, si vous vous adressez à des gens honnêtes et responsables ce post ne sert à rien car des points 1 à 5 qui sont à utiliser pour n’importe quel publication découlent les points 6 et 7. Le point 6 est la conséquence directe du point 1, partir d’une information vérifiée.
    Le point 7 diffuser la connaissance est aussi évident sinon autant ne rien publier.
    Je sais il y a des farfelus qui font suivre des posts en langue étrangère sans vérifier si leur lectorat comprend cette langue étrangère.
    Habituellement c’est un plaisir de vous lire. Demain sera un autre jour avec une vrai inspiration. Cordialement.

    • Rudy Viard Rudy Viard dit :

      Bonjour Jean-Luc. Tant mieux si l’article ne vous concerne pas, cela signifie que rien n’est perdu :)
      Pour autant, les 7 points que j’énonce sont justement très exactement ce que je constate au jour le jour que ce soit dans mon réseau personnel ou sur Twitter. Y compris provenant de gens éduqués.

      J’ai cependant bien conscience que ceux qui sont déjà d’accord avec cet article le partageront tandis que les autres ne le liront certainement pas.

  4. Je suis très heureuse de cet article et souhaite qu’il inspire le plus grand nombre sur les réseau sociaux. Je suis privée de ma page facebook depuis plusieurs mois et je suis en train de la réactiver pour justement cesser de lire et de publier de bonnes et belles nouvelles ou info mais aussi pour “répondre” aux fausses informations et rumeurs parfois écœurantes qui circulent. Tu as raison de promouvoir la réflexion au delà de l’émotion et c’est ce qui est le vrai défi des temps à venir.
    Nous sommes tous des êtres d’émotion et nous sommes fort heureusement tous doués de raison et de capacités de réflexion, encore faut il créer l’espace pour le faire.
    Merci à toi pour ce bel article à partager sans modération.

  5. Pascal Kotté dit :

    La notion de Bien et de mal est malheureusement, ou plutôt, heureusement, très élastique. Ceux qui commettent des atrocités, se sont convaincus de leurs bien fondés, comme Hitler. Mais ces 7 points sont effectivement des notions importantes à se rappeler, je remplacerais peut-être le bien par “constructif”, votre post va-t-il participer à des transformations positives de nos sociétés. Car il s’agit toujours de cela, face à la bêtise et la violence, seuls l’éducation et l’amour (ou au moins l’empathie, pour être moins “spirituel”) seront efficaces. Nous avons travaillé sur une charte éthique pour nous guider dans nos stratégies digitales. Ce post sera ajouté dans nos sources d’inspiration. Merci Rudy.

    • Rudy Viard Rudy Viard dit :

      Bonjour Pascal, j’ai bien conscience que cet article ne fera pas forcément bouger les lignes des personnes agressives ou négatives en ligne. D’ailleurs, nous sommes humains et il nous arrive, même avec de bonnes intentions, de tomber dans les mêmes travers que ceux que je vise dans cette article. Si ça peut simplement permettre de faire réfléchir 2 min sur nos pratiques alors c’est déjà gagné.

  6. Olivier dit :

    Votre article m’a vraiment intéressé et je vais le partager. Comme je source toute mes lectures, j’ai lu certains de vos autres articles. Édifiants pour le tenant de la décroissance que je suis. Il y a donc comment éviter les pièges du net d’un côté et comment en poser de l’autre. Piège idéologique sur un versant , piège marchand sur un autre.
    Cordialement

    • Rudy Viard Rudy Viard dit :

      Bonjour Olivier, merci pour le partage. En revanche, je ne comprends pas le point sur la décroissance. Si la décroissance est très certainement un passage obligé si l’on veut préserver notre planète, ce qui nécessite une prise de conscience individuelle et collective, de mon côté j’aide les entrepreneurs, agences, consultants et travailleurs indépendants à simplement vivre de leur travail. Si vous créez une entreprise (plutôt que de choisir d’être salarié), vous devez malgré tout produire le nécessaire pour vivre, non ? Mes conseils ont uniquement pour objectif de les aider à développer leur activité de manière plus rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*