Pourquoi Facebook va Exploser en Plein Vol

Cela fait déjà plusieurs semaines que je pense à écrire un post sur la façon dont Facebook manage à la fois excellemment son business tout en restant une entreprise très fragile. Les articles parus dans la presse (voir L’Express, Le Monde ou encore Challenges) m’ont définitivement convaincu qu’une tendance est en train de se dessiner, celle d’une ascension toujours forte de Facebook mais d’une érosion de sa base d’utilisateurs les plus anciens aux Etats-Unis, au Canada et en Europe. Facebook fait figure de monstre depuis ces deux dernières années et semble voler de succès en succès. Il faut dire qu’avec la généralisation de services tels que les bouton de partage « like », la « like box » jouant le rôle de passerelle entre pages Facebook et sites web, le « Facebook connect » permettant de se logger à un site grâce à son profil Facebook, Mark Zuckerberg a réussi à faire de son réseau social la porte d’entrée du Web. A la manière de Google qui a obligé les acteurs du Web à jouer selon les règles de son moteur, Facebook force aujourd’hui les sites Internet à faire partie de l’écosystème ou à se passer d’une part substantielle de leur trafic.

Le déclin de Facebook ?


Par ailleurs, tout en ayant parfaitement négocié sa stratégie sur Mobile, Facebook concurrence désormais directement les géants du secteurs, à savoir Google avec un Social Search en passe d’être mis en avant (voir brevet Facebook de moteur de recherche social sur Capital.fr), Google Adwords avec ses Social ads, Groupon avec Facebook Deals, Foursquare avec Facebook Places, Flickr en devenant la principale base de données de photos au monde, Twitter en mettant bientôt en ligne un feed temps réel et aux caractères limités appelé Happening Now. Sans compter les innovations en préparation avec notamment l’intégration de Spotify et de ses catalogues musicaux ou encore les emails Facebook sur le point d’être lancés et qui visent directement Gmail. Facebook teste également la reconnaissance faciale sur les photos ouvrant ainsi de nouvelles opportunités en terme de ciblage social, contextuel et géolocalisé. Imaginez : Facebook peut aujourd’hui coupler ces informations à vos contacts personnels (numéros de téléphone et adresse), vos goûts (lorsque vous « likez » une fanpage ou publiez un contenus, des mots-clés), vos relations sociales et les points communs avec vos amis, les lieux que vous fréquentez (check-ins de Facebook Places mais aussi et simplement par l’intermédiaire de vos posts à partir de votre smartphone), les achats que vous réalisez avec Facebook Deals, les sites que vous visitez (si vous « likez », partagez et vous connectez par l’intermédiaire du Facebook connect ou si simplement le site visité utilise une like box, une comment box ou un plug-in Facebook).


Je ne me fais aucun souci concernant le Business Modèle de Facebook dans la mesure où 1. sa régie publicitaire prend chaque mois de l’ampleur tandis que ses revenus pourraient dépasser ceux de Google selon Hussein Fazal, PDG de la régie publicitaire spécialisée sur Facebook AdParlor dans un article publié sur Techcrunch et 2. Gérant moi-même une fanpage disposant de +200 000 fans, je constate chaque jour la puissance des Pages Facebook en terme de fidélisation et génération de trafic. Toutefois, le cercle vertueux qui a permis a Facebook d’être très rentable en si peu de temps ne peut fonctionner qu’à une seule condition : les utilisateurs doivent continuer d’utiliser et d’aimer Facebook. Mark Zuckerberg a suggéré lors de l’e-G8 l’ouverture du réseau social aux moins de 13 ans (puis est revenu sur ses déclarations en insistant sur le fait que la question se poserait tôt ou tard). Par ailleurs, une rumeur persistante parle d’un navigateur Internet Facebook ou d’applications bureau lesquelles permettraient de maintenir captifs les utilisateurs. Ces informations vont dans le même sens : la nécessité pour Facebook d’attirer toujours plus de profils utilisateurs, que ces derniers utilisent Facebook comme un hub vers le reste du Web, restent plus longtemps, visionnent, interagissent, partagent, cliquent, commentent…

Problème : Les chiffres sont tombés cette semaine, les Etats-Unis, 1ère communauté sur le site, ont perdu 6 Millions d’utilisateurs entre Mai et Juin 2011. Le Canada a également perdu 1,5 Millions d’utilisateurs tandis que le « Royaume-Uni, la Norvège et la Russie ont perdu plus de 100 000 personnes » (Voir l’article sur Le Monde). Ces dernières années, Facebook a connu une croissance phénoménale en poussant la majorité des étudiants de 18-25 ans à s’inscrire poussés par l’envie de se connecter entre eux mais aussi d’en savoir un peu plus sur la vie privée de leurs proches. Le mouvement s’est amplifié pour voir finalement connecté l’ensemble (ou presque) des 13-35 ans (voire plus jeune, les moins de 13 mentant sur leur âge) et une bonne part des 35-50 ans. Les 50-64 ans sont la tranche d’âge qui connaît la plus grande croissance sur Facebook. Sauf que Facebook a atteint un pallier voire un repli dans les pays où il s’est implanté en premier. Facebook reste en très forte croissance dans les pays asiatiques, arabes et sud-américains ce qui explique que le réseau social continue à grossir. Mais le phénomène que l’on observe aux Etats-Unis (croissance forte early adopters, élargissement à toutes les classes d’âge puis tassement) va s’étendre au reste du monde jusqu’à ce que le réseau social atteigne un plateau puis régresse. C’est la courbe classique de l’innovation. Seulement, à mon sens, il n’y pas que cela.

Courbe innovation facebook


Facebook va devoir véritablement se remuer pour rendre à nouveau son site excitant et continuer à intéresser ses utilisateurs. Car si la stratégie et les services annexes sont excellents, sans utilisateurs ni interactions Facebook n’est rien. Pour avoir été invité en 2005 à rejoindre le site par des amis américains qui devenaient fous pour ce nouveau truc appelé Facebook, j’ai pu voir l’évolution depuis 6 ans. Au début, le site était pour moi une façon de me connecter avec les Etats-Unis et de partager quelques photos. Mon utilisation était très épisodique jusqu’à ce que mon réseau social passe de 10 à 30 amis. Puis j’ai vu apparaître les premiers français sur le réseau social et la déferlante du site en Italie où je possède beaucoup de liens. En quelques mois, tout le monde était connecté de l’autre côté des Alpes. Il y avait alors un côté jouissif à se connecter chaque jour à de nouveaux amis perdus depuis l’enfance, à des connaissances professionnelles, des membres de sa famille. Vers 2008-2009, ma famille ainsi que les personnes les plus attachées à leur vie privée ont commencé à se créer un profil. Aujourd’hui, que reste-t-il de tout cela ? Facebook est devenu franchement ennuyeux, les plus anciens utilisateurs n’ont plus de nouveaux amis à ajouter voire même on écrème avec le temps, j’ai pour ma part désactivé les notifications mail incessantes et ne commente plus. Les utilisateurs sont devenus plus attentistes et n’interagissent plus comme avant. Beaucoup de connaissances sont devenues totalement inactives sur le site alors qu’elles sont présentes depuis 3 ou 4 ans. Enfin, les innovations intégrées au wall pour pondérer les actualités reçues en fonction du degré d’affinité avec tel ou tel ami ont appauvri la relation que l’on pouvait avoir avec certains amis lointains.

Le fil d’actualité du Wall est le coeur de métier de Facebook. Si le Wall devient inutile, Facebook devient inutile au même titre que Places, Deals, les fanpages etc… Facebook tel que je l’imagine dans trois ans me fait penser à Google qui doit aujourd’hui faire face à ce que certains ont qualifié de « bit decay » (ou « bit rot », dégradation progressive de ses données) avec l’apparition des fermes de liens qui ont peu à peu pourri les résultats de son moteur de recherche. Google doit aujourd’hui réinventer son coeur de métier – le Search – pour ne pas voir tout son modèle et son écosystème s’écrouler. De Adsense à Gmail, l’ensemble des apps de Google n’ont pas de sens sans une technologie de recherche efficace. De Facebook Places à Facebook Deals, l’ensemble des services de Facebook n’ont aucun sens sans un Wall cool. Voilà c’est dit, Facebook va devoir se réinventer faute d’exploser en vol.

 
Pourquoi Facebook va Exploser en Plein Vol by

Recevez gratuitement vos tutoriels par email :

Déjà 26 000 abonnés

Cours gratuits : J'améliorerai votre marketing en 60 jours + Mes tutoriels, mes secrets, mes hacks
(Valeur : 300 euros)
Ebuzzing - Top des blogs - Marketing

Faites-vous coacher sur Internet

Coaching sur-mesure E-marketing et réseaux sociaux

Fermer cette pop-up

Vous souhaitez réussir votre stratégie sur Internet ? Demandez plus d'information en laissant votre email.

  • Optez pour un coaching sur-mesure
  • Profitez de 8 ans d'expérience mis à votre service
  • Bénéficiez de toutes les méthodes pour réussir
  • Tout mon savoir-faire expliqué afin de vous aider à avancer dans votre stratégie
  • Des réponses adaptées à vos interrogations
  • Une redéfinition de votre stratégie pour dégager des axes d'amélioration
  • Un suivi tout au long de la vie du projet
  • Ne perdez plus inutilement du temps et de l'argent avec la mauvaise stratégie

Recevez vos tutoriels gratuits

En entrant simplement votre email

Nous ne partagerons pas votre email avec des sociétés tierces